Midilibre.fr
Tous les blogs | Alerter le modérateur| Envoyer à un ami | Créer un Blog

25/06/2018

Lorsque des médecins deviennent assassins : top 5 des serial killers médecins

"Primum non nocere" est une expression latine qui signifie "D'abord, ne pas nuire", et c'est la base sur laquelle repose la médecine. Cependant, il existe des professionnels de la santé qui utilisent le statut social de leur vénérable profession et un accès facile aux médicaments pour commettre des actes d’une odieuse cruauté contre leurs patients. Dans la plupart des cas, leurs crimes passent inaperçus pendant des années, jusqu'à ce la justice les rattrape.

1 Josef Mengele: "l'Ange de la Mort" de la Seconde Guerre mondiale

Josef Mengele.jpg

Le Dr Josef Mengele était un médecin SS au camp de concentration nazi de Auschwitz pendant la Seconde Guerre mondiale. Alors que les prisonniers juifs étaient conduits à l'intérieur du camp, le Dr. Mengele se tenait souvent debout dans son manteau blanc et les bras tendus, lui valant le surnom d ‘ « Ange de la Mort ».

Le travail du médecin consistait à examiner chaque personne pour voir si elle était en assez bonne santé pour entrer dans le camp de travaux forcés ou non. Les personnes jugées inaptes au travail ont immédiatement été conduites dans les chambres à gaz. Le docteur était également connu pour ses "solutions" aux problèmes quotidiens du camp. Par exemple, il a ordonné que les sept cent cinquante femmes dans un dortoir soient gazées à cause d'une épidémie de poux de tête.

Pourtant ce n'est pas son rôle dans ces crimes contre l'humanité qui lui a valu sa notoriété. Au contraire, c'était son penchant pour les expériences médicales forcées sur les prisonniers, en particulier sur les jumeaux et les enfants. Mengele a opéré des gens sans utiliser d'anesthésie, enlevant souvent leurs organes, amputant des membres, injectant des colorants dans les globes oculaires pour tenter de changer la couleur des yeux, et cousant des jumeaux ensemble pour tenter de former des frères et sœurs siamois. La plupart des patients de Mengele sont morts sur la table d'opération, ou rapidement après, en raison d'une infection.

Après la guerre, Mengele a fui en Amérique du Sud, où il a vécu jusqu'à sa mort en 1979. Bien qu'il ait été un criminel de guerre nazi recherché, il n'a jamais été capturé et traduit en justice.

2 Jane Toppan : l'infirmière qui a tué 31 patients avec de la morphine 

Jane Toppan.jpg

Jane Toppan était une infirmière américaine qui a tué trente et un de ses patients en administrant des injections létales de morphine. Durant plus de deux décennies, alors qu'elle travaillait dans la région de Boston, dans le Massachusetts, Toppan aurait tué plus de soixante-dix personnes.

En tant que jeune et jolie infirmière de vingt-six ans, Jane Toppan était capable de cacher son obsession de la mort à presque tous ceux avec qui elle travaillait. Même en tant qu'étudiante en soins infirmiers, elle modifiait les dosages de médicaments de ses patients pour voir ce qui arriverait à leur système nerveux. Une fois qu'elle été devenue infirmière, elle a mis à contribution ses morbides compétences pour administrer des surdoses de morphine et d'atropine.

Toppan a finalement été confondue quand elle a assassiné un homme qu'elle soignait en tant qu'infirmière privée. Jane Toppan a également tué deux de ses filles, mais rata une troisième qui s’empressa de prévenir la police. Afin d’entamer une enquête, la police du exhumer l’une des jeunes filles assassinées. Les autorités ont alors découvert qu'elle avait été empoisonnée, et il a fallu peu de temps pour comprendre qui était derrière cet assassinat.

 Après l’arrestation de Jane Toppan, elle aurait déclaré qu'elle voulait tuer plus de personnes que quiconque auparavant. Elle a avoué trente et un de ses meurtres et fourni les détails pour les résoudre. Ayant prouvé le nombre important de tentatives de suicides de sa cliente, l’avocat de Jane Toppan parvint à obtenir son internement dans un hôpital psychiatrique, où elle vécut jusqu'à sa mort en 1938.

3 Michael Swango: le docteur qui a tué au moins 30 patients, empoisonné des collègues, puis tué en Afrique

michael-swango.jpg

Beau et sympathique, Michael Swango avait tout pour plaire et pourtant de nombreux collègues et camarades ont vite remarqués des signes perceptibles d’instabilité mentale. Ses camarades de classe à la faculté de médecine ont remarqué qu'il travaillait souvent sur un album contenant des images horribles et sanglantes de catastrophes. Cependant, personne ne savait à quel point Swango était effrayant jusqu'à ce qu'ils découvrent des années plus tard qu'il avait tué entre trente et soixante de ses patients.

En tant que stagiaire en 1983, les patients de Swango ont commencé à mourir tranquillement après avoir été dans la même pièce que lui. Bien que les infirmières aient alerté les responsables de l'hôpital de l'Ohio State University, leurs investigations superficielles n'ont rien révélé et Swango a continué à pratiquer la médecine sans le moindre soupçon. Il a déménagé dans l’Illinois, prenant un travail en tant que chauffeur d'ambulance admettant qu'il aimait voir le sang et des accidents. C'est là que ses collègues se sont à nouveau méfiés de lui.

Swango commença à empoisonner lentement des collègues avec un poison de fourmi, les rendant malades en provoquant de terribles douleurs à l'estomac. Après un épisode particulièrement néfaste impliquant un lot de beignets contaminés, ses collègues ont tendu un piège à Swango en le laissant seul dans une pièce avec un pichet de thé glacé. Plus tard, ils ont fait tester le thé dans un laboratoire et ont découvert que Swango avait effectivement mis du poison dans le thé.

Alertée la police procéda à une fouille de la maison de Michael Swango et découvrit des produits chimiques, des armes et des recettes de poison. Il a été arrêté et purgea seulement deux ans de sa peine au lieu des cinq ans auxquels il a été condamné. Après avoir été libéré pour bonne conduite, il a été incapable de trouver un travail dans le domaine médical. Le passé de Swango le rattrapa partout où il allait, jusqu'à ce qu'il finisse par s’éloigner des USA et continuer sa pratique meurtrière dans un hôpital éloigné en Afrique.

Après avoir empoisonné un grand nombre de patients en Afrique, Michael Swango a échappé au scandale qui a suivi et s'est caché en Europe pendant plusieurs années. Quand il a finalement tenté de rentrer aux États-Unis en 1997, des fonctionnaires l'attendaient à l'aéroport. Il a été arrêté et condamné à la prison à perpétuité sans possibilité de libération conditionnelle.

4 John Bodkin Adams : le médecin qui tué des patients âgés après être devenu leur légataire testamentaire

John Bodkin Adams.jpg

Le Dr John Bodkin Adams était un médecin britannique qui, entre 1946 et 1956, a été responsable de la mort de plus de cent soixante de ses patients. Le Dr Adams était un omnipraticien particulièrement sympathique envers ses patientes âgées. Il les aimait à tel point qu’elles ont décidé de réécrire leurs testaments. En fait, cent trente-deux de ces patients ont ajouté le Dr Adams à leur testament juste avant leur décès.

 Ce qui est intéressant à propos de ce médecin, c'est qu'il n'a jamais été reconnu coupable de meurtre ou de négligence professionnelle, ce qui a amené certaines personnes à se demander si le Dr Adams aidait ses patients à s’euthanasier. Cependant, un procès ultérieur portant sur treize autres infractions, dont la fraude sur ordonnance, les formulaires de crémation, l'entrave à une fouille policière et l'omission de tenir un registre des médicaments dangereux, lui valut un verdict de culpabilité et le priva de son diplôme de médecine. Après deux tentatives ratées, Adams a obtenu son diplôme en 1961.

Après avoir été acquitté des accusations de meurtre, Adams a continué à pratiquer la médecine jusqu'à ce qu'il soit mort de causes naturelles. Cette affaire a provoqué de nombreux changements importants dans le système juridique anglais.

 

5 Jayant Patel : le chirurgien de la mort

Jayant Mukundray Patel.jpg

 Jayant Mukundray Patel (né le 10 avril 1950) est un chirurgien américain né en Inde et accusé de négligence grave alors qu'il travaillait à l’hôpital Bundaberg Base dans le Queensland, en Australie.

Les insuffisances dans la pratique de Patel ont été rapidement identifiées par ses collaborateurs qu’ils soient médecins ou chirurgiens. Son opération est alors décrite comme "archaïque" et "bâclée". Les infirmières ont prétendu qu'elles avaient caché des patients membres de leurs familles quand elles savaient qu'il était à l'hôpital. Il a montré un manque d'égard flagrant pour l'hygiène et s’est attiré le surnom "Dr. Death".

Faisant fi de toute considération pour sa profession et pour les règles de déontologie élémentaires en termes d’intervention chirurgicale, Jayant Mukundray Patel a modifié les dossiers médicaux, y compris les certificats de décès, afin de cacher ses insuffisances et ses erreurs médicales.

Patel est lié à au moins 87 décès parmi les 1202 patients qu'il a soignés entre 2003 et début 2005. Trente patients sont décédés alors qu'il était sous ses soins à Bundaberg.

 En 2005, Jayant Mukundray Patel a été reconnu coupable de trois chefs d’homicide involontaire et d'un cas de lésions corporelles graves et condamné à sept ans d'emprisonnement. En août 2012, toutes les condamnations ont été annulées par l'assemblée plénière de la Haute Cour d'Australie et un nouveau procès a été ordonné en raison de preuves hautement émotives et préjudiciables qui n'étaient pas pertinentes à l'affaire mais soumis au jury.